Bulletin d’informations de mai 2010

Bulletin d’informations de mai 2010 en français (version PDF)

Récit de Florence Nierle.

Il était une fois…
C’est ainsi que commencent tous les contes, n’est-ce pas? Je vais vous raconter celui de Brésil de demain.

C’était en 1993. Tout commence avec l’envie d’aider, de partager, de changer le monde. Je prends un billet d’avion et m’envole pour Recife, destination inconnue mais où j’avais une adresse. J’atterris dans une fondation catholique et travaille avec les enfants des favelas dans le cadre de programmes de formation et de loisirs. Un spectacle de cirque est créé, et une tournée d’un mois aura lieu en Suisse. C’est la première étape importante: la rencontre de deux mondes.

Puis une première rencontre : celle de Micael, un brésilien innovateur qui organise des formations en fabrication de bijoux pour les jeunes défavorisés de son quartier. Nous décidons de soutenir son projet : en Suisse, la famille et les amis se mobilisent, les premiers fonds sont récoltés. Au Brésil, un atelier est construit et une vingtaine de jeunes participent à la formation.

1995 l’année de la formalisation: un comité et des statuts: Brésil de demain est né.

1996 une deuxième rencontre, celle de Maria, une mère de famille habitant la Vila da Felicidade. Afin de donner une chance aux enfants qui traînent dans la rue, elle les accueille chez elle, dans une petite cabane de 10 m2. Elle leur fournit du papier, quelques crayons et leur enseigne les bases de l’écriture.

Touchée par cette initiative magnifique, Brésil de demain construit une première salle de classe permettant ainsi à Maria d’enseigner dans des conditions dignes.

54 élèves répartis en 2 classes (une le matin, une l’après-midi) font alors partie de la première volée de l’Ecole Communautaire Gabriela Feliz. Une cuisine est construite; une cuisinière est à pied d’oeuvre pour offrir aux enfants un repas chaud par jour.

1997 La demande de scolarisation est très forte: une deuxième salle de classe est construite, au dessus de la première. La formation en bijouterie fonctionne bien.
Pendant les premières années d’activité, Brésil de demain réalise de nombreuses actions d’urgence en faveur des plus démunis, sous forme d’aide alimentaire, de soins médicaux ou autres.
En Suisse, des expositions sont organisées (Balexert), les bijoux ont beaucoup de succès sur les marchés et la liste des donateurs de l’association s’allonge, comptant plus d’une centaine de noms.

1998 C’est l’année de la séparation avec Micael qui poursuivra le projet de bijouterie de son côté. Et c’est surtout la troisième rencontre -celle de Carla- recrutée comme coordinatrice pour appuyer les deux enseignantes. Son rôle est de gérer administrativement l’école (gestion du personnel, comptabilité, recherche de fonds, etc.) et de faire le lien avec l’association en Suisse.

2000 de nombreux efforts et de longs mois d’attente sont récompensés : la Préfecture de Recife décide d’apporter son soutien à l’école Communautaire Gabriela Feliz. Au mois d’avril 2000, un accord est signé. La Préfecture fournit l’alimentation quotidienne pour 100 élèves, ainsi qu’une partie du matériel scolaire. En Suisse, l’association poursuit son bonhomme de chemin et participe de manière régulière au comptoir d’Orbe, au Marché de Noèl, à la fête des Cartons du Coeur à Yverdon…

2001 L’école est enfin légalisée! Son existence reconnue le 23 août 2001. Cette formalité va permettre d’entreprendre des démarches administratives aussi simplement que l’ouverture d’un compte en banque

2004 Carla, la coordinatrice de l’école, fait un voyage d’un mois en Suisse. Au cours de ce séjour, elle visite des écoles, découvre le système scolaire suisse et pour la première fois la neige! Elle rencontre aussi les membres, amis et donateurs de Brésil de demain qui sont déjà au nombre de 220.

2007 Trois membres de Brésil de demain, séjournent pendant plusieurs mois à Recife permettant d’améliorer la structure et le fonctionnement de l’école.
Pendant toute cette période, le comité se surpasse en manifestations : un concert avec André-daniel Meylan, une brisolée, une fête d’été, le Paléo festival, un souper de soutien, la Foire aux Livre de Romainmôtier, et toujours les traditionnels marchés… Les résultats financiers sont parfois excellents, parfois moins bons, mais c’est toujours l’occasion de rencontres enrichissantes.

2010 Légalisation du personnel au Brésil, une étape importante pour la consolidation de l’école à long terme et les 15 ans de l’association Brésil de demain!

Brésil de demain c’était mon rêve de jeune femme idéaliste qui voulait changer le monde. Parfois dans la vie tout contribue à ce qu’un rêve devienne réalité: des rencontres avec d’autres personnes qui partagent le même rêve, la confiance de ceux qui y ont cru et l’ont soutenu, beaucoup d’amour et d’engagement, des portes ouvertes, un soupçon de chance…

Brésil de demain n’a pas changé la face du monde, mais chaque jour il y contribue un petit peu. Alors je voudrais rendre hommage et remercier du fonds du coeur tous ceux et celles qui y ont participé, ceux qui ont travaillé à Recife, ceux qui se sont succédés au comité en Suisse, ceux qui ont toujours bénévolement prêté main forte lors de nos manifestations, ceux qui donne de leur argent… Merci d’avoir fait de Brésil de demain un conte qui va durer encore longtemps!

Au Brésil
Alice, Aparecida, Carla, Carlos, Cédrine, Dona Neyes, Eliane, Florence, Gaelle, diana, Estelita, Geraldo, Henrique, Ivanildo, Josefa, Luciene, Maria, Maria José, Marinalva, Micael, Michel, Miqueias, Rosilda, Rubineide, Sylvia, Ségolne, Susy, Tatiana,
Thierry, Vera

Le comité en Suisse
Antoinette, Anne, Brigitte, Carole, Caroline, Cédrine, Chantal,
Christophe, Delphine, Dimitri, Eric, Florence, Françoise, José,
Rachel, Thierry.

2 réponses à Bulletin d’informations de mai 2010

  1. Ping : Elle avait envie d’aider, vingt ans après je découvre le fruit de son courage, de son engagement – Respect | Patchidem

  2. Dominique dit :

    Il est beau de voir que des gens puissent s’engager autant et allez à fond dans leur investissement. Le monde est ainsi fait qu’il faille que des gens se sacrifient pour que d’autres puissent vivre un peu mieux… Ce devrait être les puissants qui devraient réaliser ça mais il y a tellement de duperies dans ce monde !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu a été publié dans Publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.